Appel contre la faim et la pauvreté

Appel contre des coupes claires dans la coopération

Avec « l’Appel contre la faim et la pauvreté », 30 organisations de la société civile suisse exhortent le Conseil national et le Conseil des Etats à ne pas faire d’économies sur le dos des plus pauvres, mais à allouer 0.7% de notre revenu national brut à l’aide publique au développement.

Plus d'informations

Le magazine pour lire et agir

Tout ce qui brille n'est pas or

Un bâtiment non loin de Neuchâtel: c’est le siège de la raffinerie Metalor. L’or qu'elle traite provient entre autres Burkina Faso. Là-bas, des hommes et des femmes se battent contre la pollution et les expulsions.

Une économie basée sur l’exploitation est-elle porteuse d’avenir? Les entreprises dont le portrait est dressé dans ce dossier disent non. Elle misent avec succès sur des alternatives.

Lire le magazine et le dossier

Etude sur l'extraction d'or

Le profit plus important que les droits humains?

Au Burkina Faso, 14'000 personnes ont été déplacées pour laisser la place à trois mines d'or. Elles ont perdu tous leurs moyens de subsistance. Cet or est raffiné en Suisse, notamment par l'entreprise Metalor basée à Neuchâtel. C'est ce que montre la dernière étude de Pain pour le prochain et Action de Carême.

Lire l'étude sur notre site de campagne »
Communiqué de presse du 15.02.2016 (pdf) »





Entreprises et droits humains

Plus de 140.000 signatures pour des multinationales responsables

L'objectif est atteint: l’initiative pour des multinationales responsables a abouti! Avec de nombreuses autres organisations, Pain pour le prochain a récolté plus de 140.000 signatures en moins d'un an. Avec plus de 10.000 signatures Pain pour le prochain a apporté une contribution significative.

Le message est clair: en Suisse, de nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens exigent que les entreprises suisses respectent les droits de l'homme et l'environnement aussi à l'étranger .

Communiqué de presse du 17.04.2016 »

Plus d'informations à propos de l'initiative »

Etude - Entreprises et droits humains

Les entreprises suisses ne prennent pas les droits humains au sérieux

Toujours plus de violations des droits humains sont commises à l’étranger par des entreprises suisses, de manière directe ou via des filiales. Notre dernière étude montre comment les grandes entreprises suisses se positionnent et dans quelle mesure elles se donnent les moyens d’améliorer la situation. Les résultats sont accablants.

Plus d'informations sur notre site de campagne